Donner ENVIE aux enfants de se mettre aux maths ?

Et si vous pouviez vous-même vous AMUSER  ?

Même si vous DETESTIEZ ça à l’école !

De la FOLIE ?

A moins que vous vous intéressiez à cette méthode très différente de ce que l'on enseigne partout...

Les maths, c'est souvent vu comme un truc pénible, difficile voire inutile... 


Vous le remarquez sans doute aussi: les enfants ont du mal à s'y mettre. 


Ils mettent trois fois plus de temps que nécessaire pour faire leurs devoirs. 


En classe, les notions ont du mal à s'intégrer. 


Ils oublient.


Font toujours les mêmes erreurs. 


ça les rebute. 



Et vous ne savez plus quoi leur dire ni comment leur expliquer pour que "ça rentre". 


Voire même simplement pour qu'ils s'y mettent. 


Et si les maths n'étaient pas votre truc dans votre scolarité ?


C'est probablement plus dur encore. 


Parce que ça vous rebute vous-même, vous pensez ne pas être capable ou ne pas pouvoir le faire à cause de vos propres difficultés. 


Et vous pensez ne pas avoir les compétences pour transmettre les maths correctement à vos enfants ou à vos élèves. 




Pourtant vous le savez: les maths sont essentielles à l'école. 


C'est LA matière la plus importante avec le français. 



Accumuler les lacunes dans cette matière, c'est risquer d'avoir de plus en plus de mal à suivre. 


Voire d'être en échec scolaire...



Même si vous n'envisagez pas que votre enfant devienne ingénieur ou astrophysicien, vous risquez de sérieusement compromettre son avenir professionnel. 


Parce que des maths, il y en a partout. 


Et si un enfant se pense nul en maths? ça risque aussi de le limiter dans ce qu'il croit pouvoir accomplir dans sa vie. 




Et à chaque fois que vous devez vous y mettre, c'est le même problème...



Si vous êtes parent, il vous faut vous mettre sur les devoirs de l'enfant après l'école et votre journée de travail. 


Votre enfant est en maternelle et s'intéresse aux maths ? Vous trouverez peut-être que ce qui est fait en classe n'est pas suffisant ou bien construit (travaux sur feuilles...).


Vous êtes enseignant? Vous devez réinventer chaque jour des solutions pour faire comprendre et mémoriser des notions parfois abstraites et qui peuvent paraître compliquées. 



Et ça recommence, encore et toujours. 



Ruser et négocier pour qu'ils se mettent au travail. 


Batailler et lutter pour maintenir leur attention. 


Prier pour ne pas que ça prenne trois heures. 


Et tout recommencer le lendemain. 



Vous avez tout essayé. 


Même ce qui ne fonctionne pas. 


Comme demander de l'aide sur des groupes Facebook (ça ne fonctionne pas car les autres n'ont aucune idée de là où en est l'enfant, de ses difficultés et de son intérêt). 


Prendre un prof particulier (s'il n'a pas la bonne méthode... on reprend les mêmes et on recommence!). 


Lui faire bachoter ses leçons (aussi vite apprises, elles seront aussi vite oubliées). 


Accrocher les tables de multiplication sur la porte des toilettes. 


Imprimer des exercices trouvés sur internet. 



Le truc? C'est que "nul en maths", cela n'existe pas. 


A partir du moment où vous enseignez d'une même façon (et ça vaut pour n'importe quoi) à un ensemble de personnes... il est clair qu'une partie de ces personnes comprendront, ce sont ceux qui ont un type d'intelligence similaire à la vôtre. 


Les autres? 


Ils seront considérés comme "nul en..." voire en "pas fait pour l'école". 


La base de l'éducation et de l'enseignement, c'est la différenciation. 


Réfléchir à comment la balle peut passer de l'autre côté du filet, en gros. 


Pour tout le monde. 


Et le problème des maths, à l'école, c'est que l'on transmet cette matière, comme beaucoup d'autres sans faire de différenciation... et de manière abstraite. 


Vous voyez les notions dans des livres, sur des feuilles... 


Et ça donne des "aberrations", comme des enfants de 8 ans qui confondent encore le carré et le cube. 


Pourquoi ils font cette confusion? 


Parce qu'ils ne manipulent pas...


Et ne prennent pas de PLAISIR. 



J'en sais d'ailleurs quelque chose: 

Moi la première, ce n'était pas spécialement ma came à l'école. 



D'ailleurs, dès que j'ai pu, j'ai pris une section plutôt littéraire. 


Rien de ce que j'apprenais n'avait ni logique ni sens ni intérêt pour moi.  



Je peinais à maintenir ma moyenne pour passer d'année en année, de plus en plus difficilement. 



J'aurais pleins de souvenirs à vous raconter, mais il y en a un qui m'a particulièrement marquée, a posteriori. 



Au lycée, je bossais pour une interro qu'il ne fallait surtout pas louper. Elle allait porter sur les dérivées et les intégrales. 


J'ai appris les formules par coeur. Enchaîné les exercices. Pour être "prête" le jour J. 


Avec énormément d'énergie pour m'y mettre et ne pas procrastiner. Une horreur. 


J'ai eu une note qui me satisfaisait. 


Je pourrais m'arrêter là et vous dire simplement que le travail paie. 



SAUF QUE je n'avais RIEN compris à ce que je faisais.


Je ne savais pas ce qu'était une dérivée ou une intégrale, à quoi ça servait "en vrai" et pourquoi c'était important que je connaisse ces concepts. 


Et la note à peine au dessus de la moyenne ne faisait pas de moi une élève douée en maths. 


Aussitôt l'interro terminée, j'ai strictement tout oublié. 


Je n'ai rien gardé, à part un mauvais souvenir. 


Et l'ancrage de l'étiquette "nulle en maths" parce que je n'y comprenais rien. 




Mon cas est-il particulier? 


Non, des enfants comme moi, il y en a des milliers. 


Peut-être que vous-même avez récupéré cette étiquette du nul en maths.


Et du coup, c'est clairement plus difficile de réfléchir à comment proposer du ludique, du logique, du concret autour de ces apprentissages. 


Au contraire, vous n'avez jamais eu de souci? 


Au-delà de vous envier ;) Cela ne veut pas forcément dire que votre façon de comprendre les maths correspondra à celle de l'enfant. 


Parce que là se trouve LE piège pour beaucoup d'enseignants et de parents qui accompagnent de près la scolarité de leur enfant. 


Souvent, on transmet comme nous comprenons. 


Selon notre canal de communication, de réflexion et d'analyse. 


Notre type d'intelligence. 


Erreur donc, puisque l'enfant n'est pas nous. 


Et que s'adapter à lui est essentiel. 


Mais comment faire? 


Vous ne savez pas trop, et vous continuez avec les stratégies qui ne fonctionnent pas, parce que vous ne savez pas comment faire autrement. 


Pourtant, vous savez à quel point c'est important. 



Imaginez: 

Que l'enfant puisse accrocher aux maths dès la maternelle, et ça sans avoir à batailler pour qu'il y mette. 

Qu'il mémorise les notions facilement et avec le sourire. 

Qu'il comprenne facilement, sans prendre trois heures à devoir tout réexpliquer... pour qu'il finisse par oublier. 

Qu'il prenne plaisir à travailler et découvrir cette matière sans que ça ne soit à chaque fois un conflit entre vous. 

Qu'il vous en redemande même !

Qu'il puisse travailler seul sans que vous ne deviez rester à côté de lui pour qu'il avance. 


Parce que cette fois, vous avez les outils et les techniques qui fonctionnent réellement.


Vous n'y croyez pas? 


Pourtant, c'est possible !


Il existe une pédagogie qui rend ludique l'apprentissage de n'importe quoi... y compris des maths. 


Parce que le secret, il est là: dans le plaisir que l'enfant prendra à s'y mettre... et le vôtre à l'accompagner !




Au final, le problème ce n'est pas les maths, c'est le manque de plaisir que l'on a... 




Et quand je me suis formée à la pédagogie Montessori, je suis tombée de ma chaise. 



Pour pleins de choses, mais en particulier pour les maths. 


Ce n'est pas pour rien que les créateurs de Amazon, Wikipedia et Google ont fait leurs études dans des établissements Montessori. 


Vous croyez vraiment que sans une bonne maîtrise des mathématiques, ils auraient pu avoir les trajectoires qu'ils ont connues? 


De nouveau, le but n'est pas de faire de nos enfants des génies. 


Mais des personnes bien dans leur peau, qui aiment apprendre et qui croient dur comme fer en eux comme en leurs rêves. 


Pour moi? 


Je ne suis pas devenue physicienne... mais clairement, quelque chose a changé en moi. 


Durant ma formation, les eurêkas s'enchaînaient. 


Je COMPRENAIS enfin réellement, concrètement la matière. 


Le pourquoi du comment de trucs que j'avais passé mon enfance à apprendre par coeur, bêtement.


Comme les retenues dans une opération. Les tables de multiplication. Entre autres. 


C'était LOGIQUE. 


Cela faisait SENS. 


J'ai donc fini par AIMER les maths et y prendre plaisir. Je vous jure. 



Et cela ne faisait pas seulement sens pour moi, mais aussi pour les enfants avec lesquels je travaille depuis 12 ans.


Bien souvent, j'ai récupéré des enfants dégoûtés des maths, qui ne voulait même pas en entendre parler ou qui étaient persuadés ne pas y arriver. 


Après quelques semaines de propositions ludiques et de jeux (oui, par le jeu tout est possible!)... ils se sont tous mis à adorer ça !


Je me souviens de plusieurs élèves, notamment cette petite fille de 7 ans, complètement traumatisée par cette matière... qui a fini par me réclamer à corps et à cri, tous les matins, de travailler avec elle sur la division... et qui passait plusieurs heures par jour, plongée et passionnée par la manipulation du matériel. 


Ou ce garçon de 4 ans qui enchaînait avec frénésie additions sur additions pendant toute une matinée. 



A chaque fois, les parents ou mes stagiaires en formation me disaient: c'est sûr, présenté comme ça, on ne peut qu'adhérer, on s'amuse beaucoup en fait !


Et cette question qui revient sans cesse: mais bon sang, pourquoi ne m'a-t-on pas appris de cette manière ? 


Du coup, il était logique pour moi que comme finalement peu d'enseignants et de parents savaient réellement comment aider les enfants à prendre plaisir avec les maths, à rendre ça ludique avec des moyens efficaces... il me fallait faire quelque chose. 





Donc ces profs et ces parents, il me fallait les aider. 


Leur montrer comment faire AIMER les maths à tous les enfants. 


Car oui, tout le monde est capable d'apprendre les maths, de les aimer et d'être compétent dans cette matière. 


La base des maths? Pour bien entrer en matière? Avoir un premier bon feeling? 


La numération, le système décimal et l'entrée dans les 4 opérations. 


Si on a déjà ça, on a toutes les fondations pour plus tard. La structure. La logique mathématique. 


Des fondations qui sont bien plus que des bases. 


Qui donneront aux enfants le plaisir d'apprendre, l'envie de garder cette curiosité naturelle sur comment fonctionnent les choses. 


Et qui leur permettront, s'ils sont plus grands, de combler leurs lacunes efficacement, d'enfin comprendre ce qu'on leur demande, pourquoi les opérations fonctionnent comme ça, comment faire les reports et pourquoi retenir les tables de multiplication... 


Vous aimeriez aider votre enfant ou vos élèves à compter, calculer et aimer les maths... et la pédagogie Montessori vous intéresse? 


Vous souhaitez comprendre comment amener les apprentissages et présenter le matériel Montessori pour que l'enfant garde confiance en lui et le plaisir d'apprendre? 


Vous voulez l'aider à construire des compétences solides ou combler ses lacunes? 


Vous avez compris que la pédagogie Montessori allait l'aider à apprendre facilement et dans le plaisir. 


Par contre vous faites face à vos propres difficultés et vos mauvais souvenirs qui ont tendance à vous bloquer? 


Et même si les maths n'ont pas été pénibles pour vous, vous ne savez pas focément comment structurer les apprentissages de l'enfant pour lui éviter des lacunes et des difficultés? 


Vous ne savez pas trop comment intéresser l'enfant à cette matière et l'aider à persévérer? 


Vous êtes à la recherche d'une aide concrète pour aider votre enfant ou vos élèves à découvrir ou redécouvrir les mathématiques facilement, dans le plaisir et le jeu... 


Je vous propose de vous aider pour que l'enfant apprenne dans le plaisir avec la pédagogie Montessori. 


Pour que l'enfant entre dans les mathématiques de façon logique, ludique et simple, Maria Montessori a mis au point une stratégie en 7 étapes: 


  • Stimuler l'esprit logique de l'enfant avec des activités simples, faciles à mettre en place et peu onéreuses, nécessitant de s'organiser, de réfléchir et d'analyser.
  • Développer la logique mathématique de façon indirecte grâce à un matériel qui prépare indirectement aux mathématiques, sans en avoir l'air et donc qui plait aux enfants. 
  • Construire de solides compétences en numération via du matériel concret et progressif qui permet à l'enfant de plonger dans les opérations sans risquer l'échec. 
  • Rentrer efficacement dans le système décimal pour se préparer aux opérations et comprendre, réellement, le fonctionnement des reports. 
  • Découvrir et comprendre le principe de chaque opération. 
  • Ancrer ces principes avec des exercices progressifs amenant l'enfant du concret vers l'abstrait (l'objectif final étant qu'il soit en mesure de se passer de matériel pour poser ses opérations). 
  • Construire chaque compétence et manipuler les opérations pour entrer dans une mémorisation ludique et non roborative (ce qui évitera d'ânoner bêtement les tables de multiplication sans rien comprendre). 


Comme pour la lecture et l'écriture, l'efficacité de cette stratégie réside dans l'embriquement des compétences. 


Un enfant a du mal avec les additions? 


Ce n'est pas avec le matériel de l'addition qu'il faudra commencer. 


Et comme pour la lecture et l'écriture encore, proposer des présentations (même correctes) sans maîtriser la stratégie de progression... c'est mettre l'enfant en difficulté. 


C'est pour cela que je vous propose de vous accompagner. 




"MATHS FACILES: Compter et calculer avec Montessori"


Dans ce programme de 136 vidéos, je vous montre exactement comment donner envie aux enfants de s'y mettre et vous amuser ensemble grâce à une approche ludique et efficace !


Vous n'avez pas de temps? Pas de panique. 


Vous pouvez regarder la vidéo d'introduction qui vous expliquera quoi travailler en fonction des difficultés des enfants. Il vous suffira ensuite de naviguer entre les vidéos qui vous intéressent.


Chaque vidéo dure entre 2 et 5 minutes, ce qui vous permet d'avoir les clés rapidement pour savoir comment mettre en place l'activité qui aidera les enfants. 


Vous souhaitez au contraire aller au bout de la démarche ?


Cette formation complète sera aussi adaptée pour vous donner tous les détails nécessaires à un accompagnement pointu des enfants. 




Vous allez y retrouver:


1 vidéo d'introduction pour comprendre la logique montessorienne d'apprentissage des mathématiques, pour intégrer la progression générale (la fameuse stratégie) qui vous évitera de mettre l'enfant en échec. 

Cette vidéo vous permettra aussi de naviguer facilement et de savoir vers quel matériel ou étape vous diriger si vous avez besoin d'aller vite. 


26 vidéos de présentation détaillées pour ancrer solidement le prérequis absolu au niveau de la numération, qui sera LA porte d'entrée incontournable pour entrer dans le calcul, ainsi que les 10 vidéos d'introduction qui vous aideront à comprendre comment le matériel est conçu et quels sont les objectifs à atteindre. 


9 vidéos de présentation qui permettront à l'enfant d'entrer dans le système décimal, et de comprendre les relations entre les différentes catégories (unité, dizaine, centaine, millier), le principe d'équivalence et les échanges afin de faire des opérations dynamiques (avec report) facilement et sans bachotage...  ainsi que les 3 vidéos d'introduction sur le matériel des perles dorées et leur utilisation dans le cadre du système décimal. 


Les vidéos des 8 matériels Montessori qui permettent de découvrir, ancrer, construire et mémoriser l'addition, soit 8 vidéos d'introduction (dont la première comprend toute la stratégie d'évolution) et 19 vidéos de présentation détaillées du matériel. 


De façon similaire: 


Pour la soustraction, les 7 vidéos d'introduction et 13 vidéos de présentation. 


Pour la multiplication, les 7 vidéos d'introduction et 15 vidéos de présentation.


Pour la division, les 6 vidéos d'introduction et 12 vidéos de présentation.


Ce matériel peut être présenté à l'enfant à partir de l'âge de 3 ans, sans limite d'âge. Il convient également pour des enfants des classes élémentaires voire au-delà en fonction des difficultés. 



 


Et si vous souhaitez aller jusqu'au bout de la démarche, je vous conseille de proposer, en amont, des activités sensorielles, et notamment le matériel de géométrie pour que l'enfant prépare sa main et son intelligence aux activités mathématiques. Ces activités sont essentielles pour la suite également: des notions géométriques, nous allons déduire les notions algébriques et arythmétiques essentielles. 

Vous pouvez bénéficier d'une réduction supplémentaire si vous vous inscrivez au bonus spécial "Initiation à la géométrie Montessori", seul moyen de recevoir cette formation. 

En résumé, le programme "MATHS FACILES: Compter et calculer avec Montessori", c'est: 

    • 136 vidéos dans lesquelles je vous montre comment présenter le matériel Montessori pour compter et calculer, et dans quelle logique de progression le faire.  
    • Une formation en ligne au tarif de 379 euros, payables par Paypal (accès immédiat) ou par virement bancaire (accès dès réception du paiement) (possibilité de payer en plusieurs fois par Paypal). 
    • Une formation accessible en ligne  à vie, sans limitation de visionnage.
    • Une garantie "satisfait ou remboursé" durant 7 jours


    Résumé de la commande

    MATHS FACILES: Compter et calculer avec Montessori

    Comment présenter le matériel Montessori de mathématiques? 

    Dans quel ordre le faire pour que cela soit efficace? 

    379 €

    Oui, je veux commander le bonus complémentaire : "Initiation à la géométrie Montessori", qui me permettra de maîtriser les 6 matériels essentiels de géométrie dont le cabinet géométrique, les solides géométriques et les triangles constructeurs (tarif de 99 euros, ce bonus est le seul moyen d'obtenir la formation). 

    Total 379 €

    Coordonnées