Voici comment tricher avec le cerveau de l'enfant pour qu'il travaille et apprenne... sans même s'en rendre compte !

Votre enfant ou vos élèves n’aime(nt) pas travailler et ne pense(nt) qu’à jouer ?


Ils manquent de motivation ?


Ont du mal à se concentrer sur leur travail ?


Une matière ne les passionne pas et il est difficile de les mettre au travail.


C’est peut-être même encore pire près le confinement, avec sa période de « continuité pédagogique » et son lot de travaux sur feuille.


Ou alors, tout simplement… ils ne veulent que jouer. Le travail ne les motive pas.


Et

Vous devez les ramener en permanence à leurs devoirs ou leur exercice.

Vous bataillez pour qu’ils s’y mettent.

Ça dure trois plombes.

Et ça vous inquiète, vous stresse et vous énerve.



Ou bien? 


Vos enfants ou vos élèves ne se débattent pas, ils n'ont pas spécialement de mauvais résultats ou de difficultés, ils s'y mettent bon gré mal gré...


Ils arrivent à travailler plus ou moins pour des matières qu'ils n'aiment pas...


Ce n’est pas pour autant « bon signe ».  


Parce que bien souvent, la motivation n’est pas en eux, mais à l’extérieur d’eux.


Avoir une bonne note pour être aimé de ses parents. Ou éviter le rejet (la punition).


Le bon vieux principe du bâton et de la carotte qui coupe les enfants de leur motivation profonde.


Donc d’eux-mêmes.


Qui va produire pour plus tard pas mal de difficultés pour choisir sa vie.

Professionnelle, personnelle…


Et donc produire un grand vide qui va leur exploser à la figure et tout ravager.



Sans compter qu’au final, le risque de décrochage scolaire est quand même là.

Surtout si l’enfant est scolarisé.

Surtout si les parents ne sont pas derrière pour faire pleins de sorties et de découvertes.




Quoi faire alors ?


Insister ?

Être derrière eux ?

Les faire cravacher ?


C'est juste le meilleur moyen de les avoir sur les rotules et complètement dégoûtés avant les prochaines vacances.


Même avec une pédagogie ouverte, comme la pédagogie Montessori.

(J’ai récupéré un gamin de 4 ans qui venait d’une école Montessori, qui m’a soufflé : travail, travail, travail, je n’en peux plus de travailler !)


Pourquoi c'est le meilleur moyen de les dégoûter? 

Parce qu'on va zapper l'élément essentiel pour un enfant (et n'importe qui à vrai dire)...


Le plaisir. 


Sans compter qu'il aura du mal à trouver le sens de ce qu'il fait.


Forcément, la motivation n'y sera pas. 


Du coup? 


On peut aussi vouloir proposer un emploi du temps, des challenges ou "contrats". 


Provoquer la motivation via une récompense (friandises, avantages, écran...). 


Mais ce n'est toujours pas la solution.


Car la motivation reste externe à l'enfant. 


Le fameux bâton-carotte.


Il ne va pas faire pour lui. 

Parce que ça lui fait plaisir. 

Parce que ça fait sens. 


Et il traîne encore les pieds.


Même avec de "chouettes" activités.


Même avec du matériel Montessori.


Il n'est pas là, le souci.


Le problème, en réalité, vient du fait que la plupart des gens s'arrêtent sur les méthodes, les outils, les techniques.


Sur ce qui rend bien en photo.


Sur ce qu'on voit sur Instagram ou Pinterest.



Tel matériel pour apprendre à compter. 


Telle méthode pour lire.


Telle activité pour stimuler la créativité.



En faisant ça?



On déroule un plan, on suit une recette.


Avec des enfants...


C'est le meilleur moyen de se planter.


Et qu'ils se plantent avec nous.




Pour commencer à résoudre le problème?


Arrêter de se focaliser sur ce qui est à la mode, ce qu'on voit sur les blogs ou chez notre copine/collègue.


Du moins, faire passer ces outils, activités et méthodes au travers d'un filtre.


Je me souviens qu'à une époque, vous aviez raté l'éducation de vos enfants s'ils n'avaient pas l'arc en ciel de Grimms...


Mais combien de mamans désapointées ne se sont pas retrouvées sur des groupes Facebook, s'étonnant que leurs enfants ne s'intéressent pas du tout à l'objet.


Idem pour du matériel Montessori.

Et des enseignants ou des parents ayant dépensé une fortune...

Pour rien.

Ou du moins pas pour tout de suite (et donc avec investissement qui aurait pu être fait ailleurs!!!)


Surtout si en plus il n'y a pas de plaisir! 


Donc pour commencer à résoudre le problème, il faut se pencher sur un truc moins glamour a priori. 


Sur la nature de l'enfant. 


La psychologie du développement. 


Et honnêtement, il ne faut pas aller loin pour trouver la réponse. 


J'en parle d'ailleurs depuis le début de cet article. 


Apprendre ne devrait pas être un "mauvais" moment à passer. 


Non pas que vous soyez des tortionnaires. 


Mais l'idéal, ce serait d'adapter nos méthodes, outils et activités... 


A la manière dont les enfants apprennent. 


Et les enfants n'apprennent pas comme nous. 

Même si la notion de plaisir est commune. 


L'idéal serait qu'ils ne se rendent même pas compte qu'ils travaillent. 


Parce que parfois, la simple idée que c’est du « travail », ça les bloque.


Quand on réussit ça? 


Les enfants adhèrent à peu près à toutes les matières. 


Et apprennent beaucoup plus facilement. 




Cette façon d’apprendre "sans travailler" ?


C’est tellement simple qu’on a tendance à l’oublier.

A ne pas le considérer.

A ne pas le prendre au sérieux.


Pourtant ?

C’est le meilleur moyen d’amener les apprentissages chez les enfants, parce qu’il se base sur leur fonctionnement et leur besoins de base.


Quand on ne s’intéresse qu’aux méthodes, aux outils, aux activités pédagogiques ?


On prend donc le risque de passer à côté parce qu’on zappe la partie la plus importante : la psychologie de l’enfant.


Quand on se penche sur ce qui fait la nature humaine, en réalité, on s’intéresse aux principes et non aux méthodes.


Une méthode peut marcher ou pas.


Mais quand on s’intéresse à la nature humaine et à la psychologie de l’enfant… on remet automatiquement au centre de tout ça un principe super efficace pour aider les enfants à se motiver, se concentrer et mieux apprendre.


Ce principe ?


Le jeu.



La plupart des enfants sont plus attirés par le jeu que par réviser leurs leçons ou apprendre.


Un problème ?


Oui, si on s’attache à ce que l’enfant reste assis à table pour travailler… parce qu’on n’a pas les outils pour aborder les apprentissages autrement.


Dans ce cas ?


Vous allez batailler pour maintenir son attention sur l’ici et le maintenant. Le ramener toujours à son travail.


L’enfant va traîner des pieds.


Refuser de travailler, manquer de concentration ou de persévérance.




Par contre, jouer marche super bien pour aider l'enfant à apprendre n'importe quoi... pratiquement sans qu'il ne se rende compte qu'il travaille. 


C'est pour ça que j'aime bien dire que je "triche" avec le cerveau des enfants. 


Et ça fonctionne... 


Parce que ça active la zone de plaisir et de récompense dans le cerveau de l'enfant. 


Et quand on active le plaisir, on a tout gagné. On est plein d'énergie, d'envie, d'enthousiasme. 


Parce que l'enfant ne se rend pas compte qu'il travaille. 


Et que du coup, il est beaucoup plus open, disponible et disposé à se concentrer, répéter, chercher des solutions, corriger ses erreurs... 


Parce qu'il est en relation et au contact des autres. 


Et que c'est forcément plus facile d'apprendre ensemble, autour d'un projet commun. 


Parce que jouer, c'est dans sa nature. 


Et que quand on adapte les apprentissages à la nature de l'enfant, c'est forcément plus fluide que de lui imposer des manuels, des activités et des trucs qui l'ennuient.


Jouer, un enfant va toujours le faire spontanément. 

(Alors que travailler...)


Depuis qu'il commence à s'intéresser aux objets autour de lui, l'enfant joue. 


C'est souvent considéré comme un problème à l'école... et on lutte beaucoup contre ça... 


A amener l'enfant vers des occupations "sérieuses et utiles". 


Sauf que quand on arrête de lutter... on lâche prise... et on se met sur le mode de perception et de communication de l'enfant. 


Et on crie au miracle! 


Alors que c'est juste logique en fait. 


Rien que par le fait qu'on se base sur la nature de l'enfant. 

(Et qu'on produit du plaisir). 



Il suffit de jouer alors? 


Le jeu devrait donc être la base de toute approche d'apprentissage.


Peu importe l'âge.


(Je m'en suis également servie avec des ados et des adultes... et au delà de provoquer l'adhésion de tous, ils sont tous repartis avec les acquis nécessaires). 


Par contre? 


Il ne suffit pas de sortir un jeu de société ou un bac de kapla. 


Si on ne sort que des jeux libres, par exemple... ok les enfants vont libérer les tensions, vont s'amuser, jouer ensemble.


C'est déjà chouette... mais ça n'ira pas forcément beaucoup plus loin au niveau des apprentissages. 


Pour que le jeu soit efficace, il faut aller plus loin dans la recherche sur la nature de l'enfant. Et sur le jeu. 


Maîtriser les trois familles de jeu, pour venir nourrir l'exploration des enfants avec des jeux dont ils ont besoin en fonction des compétences à développer. 


Etre au clair avec les trois grandes étapes d'acquisition d'une compétence et comment le jeu va intervenir à chaque étape, pour sélectionner le jeu le plus efficace à chacune des étapes. 


Matérialiser dans le temps et l'espace cette réflexion sur le jeu... 

Pour éviter de l'opposer au travail, ce qui va anéantir tous vos efforts. 

Pour que l'enfant apprenne réellement sans s'en rendre compte (Faut pas les prendre pour des imbéciles non plus). 


Intégrer cette démarche ludo-pédagogique à la démarche d'apprentissage: évaluer les compétences, vérifier les acquis, préparer une progression, adapter les jeux au niveau des enfants, leur permettre de s'auto-évaluer et de prendre conscience de leur évolution... 

C'est pour ça que j'ai créé "Jouer pour apprendre".

 

Une formation un peu particulière. 

 

Au format papier.

 

Qui n'est pas pour vous si vous recherchez juste la dernière activité à la mode à installer dans votre classe ou votre espace de travail. 

 

Si vous voulez un truc "clé en main" ou une méthode A à Z. 

 

Ou juste une liste de jeux. 

(Même si j'en donne... vous aurez compris que ce n'est pas la base). 

 

En revanche, si vous êtes prête à vous poser, réfléchir, faire preuve de créativité et aller plus loin que ce qu'on voit partout sur les réseaux... voici ce que ça peut donner: 

 

Des enfants heureux d'apprendre. 

Qui apprennent facilement. 

A peu près n'importe quoi. 

Dans le plaisir et la bonne humeur. 

Donc sans tension ni prise de tête. 

Et donc dans le plaisir... pour vous aussi. 

 

Comment? 

 

Grâce à un format écrit, un livret que je vous envoie directement dans votre boîte mails. 

 

Une formation qui va vous permettre de: 

 

  • Aménager un espace ludo-pédagogique qui inclue le jeu dans le travail et qui va donc être réellement efficace pour favoriser des apprentissages heureux et fluides. 
  • Sélectionner le bon type de jeu, sans dégoûter un enfant avec un jeu dont les objectifs d'apprentissage seraient trop "visibles"... mais sans non plus risquer que ça n'aille pas plus loin que le simple bon moment. 
  • Construire une proposition pédagogique en fonction des compétences qu'un enfant a besoin de développer.
  • Mixer les pédagogies pour favoriser l'apprentissage par le jeu. 
  • Ajouter le bon jeu à du matériel didactique (Montessori et autres), en fonction des objectifs visés, pour désaxer du travail sans cesser d'apprendre.
  • Evaluer l’acquisition des compétences et l’évolution des enfants pour s’assurer qu’ils avancent en terme d’apprentissage, mais sans les évaluer frontalement par un test, qui les stresse et les ennuie.
  • Une liste avec les must-have en fonction des apprentissages. Pour avoir un point de départ et commencer avec les bons outils. 
  • Les photos commentées et expliquées de mon centre d'apprentissage, dans lequel j'utilise la pédagogie du jeu dans tous les espaces thématiques et pour chaque apprentissage, pour que vous puissiez avoir des exemples concrets et inspirants pour vous lancer.
  • Des listes de jeux expliquées pour chaque apprentissage (numération, les 4 opérations, les lettres et les sons, la motricité fine, la logique, les sciences: géographie, botanique, zoologie, astronomie, corps humain...,). Je vous explique comment lancer l'apprentissage grâce aux jeux ou l'approfondir pour permettre la répétition, nécessaire à la mémorisation.

 

Comme on n'est pas sur de la recette directement applicable... cette approche est valable peu importe l'âge de l'enfant, ses particularités, ses difficultés et ses talents. 

 

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Aenean euismod bibendum laoreet. Proin gravida dolor sit amet lacus accumsan et viverra justo commodo.

En résumé, le livret "Jouer pour apprendre", c'est:

    • 8 livrets PDF en couleur
    • Une formation au tarif de 99 euros, payables par Paypal (accès immédiat) ou par virement bancaire (accès dès réception du paiement).  

    Résumé de la commande

    Jouer pour apprendre - 8 étapes vers la pédagogie du jeu

    8 livrets PDF en couleur sur la pédagogie du jeu

    99 €

    Total HT 99 €
    TVA (0%) 0 €
    Total 99 €

    Coordonnées

    Moyen de paiement

    Etape 2/3 : choisissez votre moyen de paiement.